fbpx

Our Blog

Comment se préparer efficacement pour l’Everest

Comment se préparer efficacement pour l’Everest

Il est choquant de voir certains alpinistes arriver au camp de base de l’Everest sans préparation adéquate pour l’ascension du plus haut sommet de la planète.

Sans les connaissances, l’expérience et les compétences nécessaires pour gravir l’Everest, c’est un gaspillage d’argent, d’efforts et de temps. Il faut aussi prendre au sérieux le potentiel danger de mort ou de blessures.

Lors d’une de mes expéditions sur l’Everest, je me souviens qu’une personne n’avait même pas de combinaison en duvet. Au lieu de cela, il avait apporté une simple doudoune et pantalon de montagne. Une négligence de la compagnie qui a organisé son expédition en ne lui fournissant pas les directives appropriées, ou le fait qu’il ne se soit pas suffisamment documenté au préalable.

Ainsi, sur la base de mon expérience de 7 ascensions de l’Everest, voici trois façons de se préparer au mieux pour l’Everest :

CHOISIR LE BON ORGANISATEUR D’EXPÉDITION :

The 3 most effective ways to prepare for your Everest Expedition

Pourquoi choisir l’organisateur d’expédition en premier lieu ?

L’Everest est votre objectif ; par conséquent, vous avez besoin d’un organisateur d’expédition fiable, expérimenté et compétent pour atteindre votre objectif.

Après avoir planifié l’année où vous pensez vous aventurer sur l’Everest, recherchez les organisateurs d’expéditions proposant les forfaits pour une telle expédition. Le mieux serait d’obtenir une recommandation de quelqu’un.

Il existe des centaines de sociétés organisatrices d’expéditions à l’Everest sur le marché ; choisir une agence bon marché pourrait mettre votre vie en péril. En effet, la plupart des accidents sur l’Everest sont survenus au sein de ce genre de sociétés.

Une fois l’organisateur choisi, posez-lui des questions spécifiques pour dissiper vos doutes, notamment:

  • Le départ est-il confirmé ?
  • Quel est le montant final du voyage et, en cas de supplément, que se passe-t-il ?
  • Combien de participants au sein de l’équipe ?
  • Combien de Sherpa(s) d’expédition par participant ? Sont-ils expérimentés ? Le Sherpa parle-t-il anglais / français ou non ?
  • Est-ce que le Sherpa d’expédition dispose des connaissances nécessaires pour la manipulation correcte de l’oxygène et du masque régulateur ?
  • Quel type d’oxygène et de masque régulateur est inclus dans le prix ? Combien de bouteilles ?
  • Quels types de prévisions météorologiques sont inclus dans le prix ? Fournies par un professionnel ou simple informations tirées depuis internet, ou d’autres agences ?
  • Existe-t-il des recommandations particulières pour les participants d’expéditions à l’Everest imposées par le gouvernement ?

Après avoir posées vos diverses questions, vos doutes doivent avoir disparu. C’est le moment de vous consacrer à votre préparation spécifique.

Cela nous amène donc à la deuxième phase de préparation, qui est la suivante :

LA CONNAISSANCE DE VOTRE ORGANSIME EN ALTITUDE

The 3 most effective ways to prepare for your Everest Expeditio

Le corps humain reste un mystère. Malgré le fait d’être de la même espèce d’être vivant, combien nous sommes différents sur le plan génétique. Bien que je n’ai pas de grandes connaissances en biologie, certains points concernant l’adaptation de l’homme à l’environnement sont clairs. Par exemple, étant né à une altitude de 3600 mètres, mon organisme s’adapte parfaitement à la haute altitude. Dans le cas inverse, mon organisme nécessitera plus de temps d’adaptation dans un endroit chaud et humide en basse altitude. C’est le même scénario pour les personnes originaires du bord de mer lorsqu’elles se rendent en altitude. Le corps a besoin d’un certain temps pour s’adapter à un environnement qu’il ne connaît pas.

De même, lorsque vous vous aventurez sur le toit du monde, et que vous n’êtes pas né à 5000 mètres. C’est donc un avantage de tester votre organisme en altitude avant votre expédition à l’Everest.

Mais comment s’y prendre ?

Prenons l’exemple du pain ; si vous voulez manger 700 grammes de pain, vous devez en couper une tranche à la fois. De la même manière pour l’Everest. On commence par des sorties d’alpinisme à 4000 mètres ; l’ascension du Mont Blanc est une excellente initiation à l’altitude pour votre organisme. Concentrez-vous alors intensément sur les sensations ressenties à cette altitude. Avez-vous eu mal à la tête ? Si oui, quelle était l’intensité ? Comment était votre respiration ? Après avoir analysé tout cela et que vous vous êtes senti à l’aise à ces altitudes, il est temps d’aller plus haut. Il existe certaines ascensions qui sont idéales pour prendre de la hauteur, comme le Kilimandjaro ou le mont Elbrus. Cependant, je recommande vivement de faire un sommet de 6000 mètres au Népal, comme l’Island Peak ou le Lobuche Peak. Ces sommets étant situés à proximité de l’Everest, l’ascension de l’un d’entre eux vous donnera déjà une première expérience des expéditions himalayennes. De même, cela renforcera votre envie pour une ascension de l’Everest.

Au-dessus de 6000 mètres, vous comprendrez mieux comment votre organisme réagit à la très haute altitude. Par ailleurs, je recommande vivement une ascension d’un sommet de plus de 7000 mètres avant de venir à l’Everest comme par exemple l’Himlung ou le Manaslu.

Cependant, certaines personnes ne sont tout simplement pas destinées pour les hautes altitudes. Dans une telle hypothèse, ce sera donc une perte de temps, d’efforts et d’argent que de s’aventurer pour une ascension de l’Everest.

Finalement, au cours de ma longue carrière en qualité de sherpa d’expédition, j’ai constaté que les personnes qui ont fait quelques expéditions avant l’Everest sont beaucoup plus confiantes durant leur ascension.

Khumbu Icefall

CONDITION PHYSIQUE, COMPÉTENCES ET CONNAISSANCES GENERALES

The 3 most effective ways to prepare for your Everest Expeditio

Outre les avalanches, la plupart des accidents sur l’Everest sont dus à l’épuisement et au mal d’altitude. Mais également au manque de connaissances du maniement des bonbonnes d’’oxygène. Donc plus on est en forme, mieux on se porte sur la montagne.

Bien que je ne sois pas un expert en préparation physique, de par mes expériences, je suggère de suivre un entraînement physique régulier six mois avant le départ. Vos chances d’atteindre le sommet augmenteront ainsi considérablement.

Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des avantages dont bénéficient si vous avez suivi un entraînement régulier et spécifique en guise de préparation pour l’Everest :

  • Votre consommation d’oxygène est moindre
  • Le temps passé sur la montagne est moins long
  • Vous avez la capacité de dépasser les alpinistes plus lents, ce qui vous évite d’être pris dans les « bouchons »
  • Vous avez toutes les chances pour atteindre le sommet tôt et de pouvoir ainsi admirer le lever du soleil
  • Cerise sur le gâteau, vous aurez peut-être la chance de voir l’ombre de l’Everest se refléter sur les montagnes du Népal ; apparition de quelques minutes seulement ;
  • Lors de la redescente depuis le sommet vous descendez directement au Camp II, ce qui évite de passer plus d’heures à une altitude élevée et réduit ainsi le risque de mal d’altitude et de gelures
  • Vous ne mettez pas en danger la vie de votre sherpa d’expédition
  • Vous êtes plus résistant pour faire face aux changements météorologiques

Quel type de préparation physique ?

Comme je l’ai mentionné précédemment, je ne suis pas un expert en préparation physique.

Cependant, je vous suggère de faire des exercices sur une base régulière et au moins six mois avant votre départ pour l’Everest pour améliorer votre cardio, comme la course à pied, la marche, le vélo et la natation. Un entraînement plus spécifique de musculation est un atout. De longues randonnées en montagne en portant un sac à dos lourd sont excellentes pour parfaire votre préparation.

Enfin, j’ai découvert que des exercices de méditation de 5 minutes par jour, ainsi qu’une séance de méditation d’une dizaine de minutes par jour sont également très bénéfiques.

Ce sont d’excellentes antidotes pour gérer le stress et l’anxiété.

Je recommande vivement de faire un entraînement en hypoxie (ou entraînement à faible teneur en oxygène). Il s’agit d’une nouvelle tendance mais les bénéfices acquis lors de telles séances semblent efficaces pour l’alpinisme en haute altitude.

Shadow of Mount Everest, early morning

Compétences techniques requises

The 3 most effective ways to prepare for your Everest Expeditio

De bonnes compétences techniques en alpinisme sont essentielles, c’est certain. L’apprentissage du franchissement d’échelles avec des crampons est également un élément essentiel.

De plus, de nombreuses parties de votre ascension se font à l’aide de votre poignée jumar. Par conséquent, vous devez être à l’aise avec le maniement d’une telle poignée, notamment avec de gros gants. Vous en aurez particulièrement besoin le jour du sommet.

Connaissances générales

Approfondissez vos connaissances pour une ascension à l’Everest, notamment en faisant des recherches par rapport à :

  • L’équipement dont vous avez besoin
  • La meilleure façon de se préparer
  • Votre pharmacie de premier secours en très haute altitude et les risques liés à une telle altitude

De nombreux articles, livres et documentaires traitant de ces thématiques sont disponibles dans les librairies ou sur internet. Un de mes documentaires préférés sur l’Everest est « Sherpas : les vrais héros de l’Everest ». Il vous donne un bon aperçu des camps, du travail des sherpas d’expédition, ainsi que de la voie d’ascension. Cela vous aidera à vous préparer mentalement.

CONCLUSION: Pour terminer, j’insiste sur le fait que les trois points susmentionnés, à savoir une bonne préparation physique, des aptitudes techniques et des connaissances générales sont essentielles à toute préparation pour une ascension de l’Everest.

Ils jouent également un rôle crucial dans d’autres domaines de la vie ; qu’en pensez-vous ?

Globalement, ce sont les trois façons de se préparer au mieux pour une expédition à l’Everest selon ma propre expérience.

Une bonne préparation vous permettra d’avoir une plus grande confiance en vous et mieux gérer certaines situations qui peuvent s’avérer périlleuses lors de votre expédition à l’Everest.

S’entraîner tous les jours avec discipline et apprendre les aptitudes techniques dont vous avez besoin pour l’Everest peut être difficile à faire maintenant, mais vos efforts seront récompensés à la fin de votre expédition.

Voici le lien si vous souhaitez en savoir plus sur l’histoire des expéditions à l’Everest, le forfait ou la voie d’ascension.

Que pensez-vous de ces trois façons de se préparer pour une expédition à l’Everest ? Avez-vous des astuces ou des conseils que je n’ai pas mentionnés dans cet article ?

 

Par Norbu Sherpa, co-fondateur WILD YAK EXPEDITIONS

Publié sur Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Contact Details Print PDF